1 - Historique 1.2 - Bref historique de la plongée

bruno mathieu      Monday, October 22, 2018

Share this page with a friend

Croisière de 3, 4 et 5 jours pour les îles Similan, Koh Bon, Koh Tachai et Richelieu Rock en Thaïlande

http://www.plongee-asie.com/

1 - Historique

1.2 - Bref historique de la médecine de la plongée


Dans l’Antiquité, au vie siècle avant J.-C., Aristote relate déjà que les pêcheurs de
perles et d’éponges éprouvent des douleurs dans les oreilles au fur et à mesure de
la descente. Mais il ne relie pas cette manifestation à l’effet de la pression de l’eau
sur l’oreille.
Après une période d’ombre au Moyen-Age, il faut attendre les premières cloches
de plongée pour voir apparaître de curieuses manifestations chez les plongeurs.
L’irlandais Robert Boyle constate pour la première fois, en 1670, l’apparition de ces
troubles. Il réalise même des expériences. Il comprime puis décomprime une vipère
à l’aide d’une pompe et provoque ainsi l’apparition d’une bulle d’air dans l’oeil du
serpent. Spalding, ingénieur écossais, perfectionne la cloche de Halley en 1775
et est la victime d’un mal étrange. Spalding et son fils, à l’occasion d’une plongée
comme tant d’autres, s’écroulent sans connaissance lorsque la cloche fait surface.
Inconscients et paralysés, ils meurent en quelques heures. Leurs décès sont imputés
à une crise d’apoplexie.
Il faut attendre la publication en 1878 de l’ouvrage du Français Paul Bert, La Pression
barométrique, recherches de physiologie expérimentale, pour que les nombreux
mystères de la respiration d’air à une pression différente de celle de l’air atmosphérique,
au niveau de la mer, soient éclaircis. Paul Bert énonce l’origine des troubles
dûs à la décompression (voir section La Bulle et l’accident de décompression). Il
classe les pathologies et conseille la décompression lente lors du retour à la pression
atmosphérique. Il propose la recompression thérapeutique pour lutter contre
les effets de décompressions rapides. Il décrit aussi la narcose à l’azote. Il expose
la toxicité de l’oxygène à partir d’une pression de 15 atmos phères d’air pur. L’effet
Paul Bert est la toxicité de l’oxygène sur le cerveau. Son livre constitue l’ouvrage de
référence des bases de la physiologie hyperbare.
En 1906, le Professeur John Scott Haldane, au service de la Royal Navy, met au point
des procédures de décompression. A l’issue d’une longue expérimentation animale,
il propose un modèle mathématique de la décompression (voir section Les concepts
de la décompression). Il est aussi à l’origine des premières tables de décompression.
Ensuite, de nombreux physiologistes se sont penchés sur la décompression, apportant
des améliorations ou des modifications aux premières théories.

Au cours de l’aventure sous-marine, les explorateurs sous-marins ont vite compris
que, pour évoluer sous l’eau, plusieurs voies s’offrent au plongeur, avec une physiologie
différente pour chacune d’elles. La première technique est de plonger sans
respirer pendant une durée de quelques secondes à quelques minutes, pour des
personnes entraînées, c’est l’apnée. Une autre solution consiste à s’immerger et
à respirer de l’air atmosphérique, à condition que la pression de l’eau ne s’applique
pas sur le thorax. Cette technique trouve sa réalisation dans le tonneau de
Lethbridge. Le scaphandre rigide de type JIM (aux Etats-Unis) est le fruit de l’évolution
technologique, mais il est énorme et le plongeur est recouvert d’une véritable
cuirasse avec des joints articulés. Cette solution, très incommode, limite beaucoup
la capacité de se mouvoir et d’effectuer des tâches. La dernière voie, la plus explorée,
est celle de respirer de l’air ou un mélange de gaz à la même pression que l’eau
ambiante. Les techniques de plongée à l’air comprimé sont nombreuses: la cloche
à plongée, les pieds lourds, les tourelles et le scaphandre autonome actuel. Grâce
à ces inventions, le travail sur des sites sous-marins est permis. Mais des conditions
physiques et physiologiques incontournables régissent l’accès de l’homme au
milieu hyperbare.
La physiologie et la médecine de plongée ont suivi avec un certain décalage dans
le temps l’évolution de ces techniques. Le milieu du xxe siècle marque le début
de la course vers la physiologie de l’extrême. Pour aller plus profond, le plongeur
doit respirer des mélanges gazeux contenant de l’hélium et (ou) de l’hydrogène et
de l’oxygène (plongée à saturation). La décompression s’effectue très lentement
car la désaturation complète des tissus de l’organisme nécessite quelques jours.
L’océanaute n’est plus exposé aux inconvénients de l’air respiré à une pression élevée.
Cependant, dans l’expérience PHYSALIEI (COMEX, 1968), lors d’une plongée
expérimentale à l’héliox à – 335 mètres, le Dr. X. Fructus, le Pr. R. Brauer et le
Pr. R. Naquet décrivent de curieuses manifestations nerveuses dues à l’hélium
apparaissant chez les plongeurs. C’est le Syndrome Nerveux des Hautes Pressions
(SNHP). Pour éviter ce phénomène, de l’hydrogène est ajouté au mélange de gaz
respiré. L’hydrogène a donc un rôle protecteur vis-à-vis du SNHP, mais il est narcotique
à des pressions partielles élevées.
Une autre voie, entièrement nouvelle, la respiration en phase liquide, a été explorée
par le physiologiste hollandais Kylstra en 1959 avec succès sur des animaux.
Peu après, un autre physiologiste suédois, Lundgren, immerge des souris dans une
solution de fluorocarbone renfermant de l’oxygène. Les souris paraissent noyées
dans le liquide du récipient, mais sont toujours bien vivantes à la fin de l’expérience…
A partir de 1970, l’U.S.Navy entreprend des expériences dans ce domaine.
L’homme se prête même à l’expérimentation. Un volontaire se laisse introduire une
solution saline fluorocarbonée dans un poumon. Le sujet a respiré en phase liquide
très normalement et n’a présenté par la suite aucun trouble pathologique.

 

source de : L’adaptation de l’organisme et ses limites (introduction) de Philip FOSTER

http://www.plongee-asie.com/

Croisière de 3, 4 et 5 jours pour les îles Similan, Koh Bon, Koh Tachai et Richelieu Rock en Thaïlande

 

Comments

Pour être informe des activités de Plongée Asie

Apprendre la plongée sous-marine tout au long de l'année avec PADI dans une eau à 30° !!!

Que vous soyez débutants ou déjà plongeurs Thaïlande Diving, propose différents programmes parfaitement adaptés à votre projet Baptême de plongée, Formations à tous les niveaux de plongée Cmas, Adip et Padi

bruno mathieu      Saturday, November 3, 2018

LA PLONGÉE SOUS-MARINE A PATTAYA L’ÉPAVE HTMS Hardeep

Pattaya, Thaïlande a toujours été regardé l'as a gréé l épave qui forme maintenant la terre dû à la diversité de but des sites de l epave ceci a été scellé.

bruno mathieu      Thursday, November 1, 2018

Apprendre la plongée sous-marine tout au long de l'année avec ADIP dans une eau à 30° !!

Que vous soyez débutants ou déjà plongeurs Thaïlande Diving, propose différents programmes parfaitement adaptés à votre projet Baptême de plongée, Formations à tous les niveaux de plongée Cmas, Adip et Padi

bruno mathieu      Friday, October 26, 2018

Media Social

Builderall français